Entrée à l’université : de nouvelles règles d'ici Noël?

midi-pyrenees : Entrée à  l'univseristé flickr.com/photos Kociatkiewicz

700 000 lycéens de terminale aimeraient savoir, avant les vacances de Noël, quels seront les « attendus », c’est-à-dire les compétences jugées comme nécessaire, pour entrer et pour réussir dans la licence universitaire de leur choix.

Depuis le 5 décembre 2017, la réforme de l’accès à l’université est examinée en commission à l’Assemblée Nationale. L’objectif de cette réforme est de supprimer tout tirage au sort pour accéder à l’université mais aussi de permettre aux étudiants la réussite de leurs études en licence, le taux d’échec étant actuellement de 60%.

La dĂ©finition des « attendus », un Ă©lĂ©ment clĂ© de la rĂ©forme

Un élément clé de cette réforme est la définition des « attendus » pour chaque licence, c’est-à-dire quelles compétences seront jugées comme nécessaires pour entrer à l’université et réussir dans la formation choisie. En effet, ces attendus seront particulièrement important pour les filières en tension, comme par exemple :

► pour les STAPS (Sciences et techniques des Activités Physiques et Sportives), quelles  compétences scientifiques et  sportives, quel niveau d’expression écrite et d’investissement associatif traduisant les motivations, seront retenus ?

► pour accéder à une licence en Droit, quelles aptitudes à l’expression écrite et à l’expression orale? Comment sera évalué l’aptitude à l’analyse de texte et à la logique ? Comment sera évalué l’intérêt du lycéen pour les questions historiques, sociétales et politiques ?

► pour la filière sciences sociales comme la psychologie, comment sera mesuré l’intérêt du candidat pour les sciences du vivant et la démarche scientifique, son niveau d’expression écrite en français et en langue étrangère ?

Une usine à gaz et des critères trop flous ?

La Commission de l’Assemblée Nationale souhaite que ces attendus puissent faire l’objet d’un « cadrage » national pour éviter des situations de concurrence entre  établissements. Si les critères sont trop « flous » chaque université pourrait ajouter ses propres critères. Il faut éviter également que certains critères aggravent les inégalités sociales, par exemple exiger le BAFA, dont le coût est de 1000 € environ, pour une candidature aux STAPS. La précision de ces critères de compétence est également une nécessité pour permettre aux futurs outils de la nouvelle plateforme d’admission post bac « Parcoursup » qui ouvrira le 15 janvier 2018, de faire un premier tri dans les 2 à 2,5 millions de vœux formulés par les lycéens et auxquels devront répondre les universités.

Tous les acteurs de ce changement doivent donc travailler vite pour que le Ministère de l’Enseignement Supérieur puisse tenir sa promesse de communiquer les « attendus » avant Noël !



Et vous qu'en pensez-vous ? Reagir a l'article !

Loading Comments…
more
Allowed HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <blockquote> <code> <em> <strong>
Cet article vous a plu ?
EntrĂ©e Ă  l’universitĂ© : de nouvelles règles d’ici NoĂ«l? 5.00/5 3 votes